La communication chez les personnes autistes et asperger

L’autisme est un handicap cognitif. Les personnes porteuses d’autisme ont des difficultés principalement pour communiquer. Les interactions sociales sont difficiles pour eux. Leur comportement est restreint et elles intéressent toujours aux mêmes choses, de manière obsessionnelle.
Les personnes autistes et asperger ont accès au langage. Elles sont capables d’avoir une conversation soutenue et adaptée. La prosodie, la tonalité de voix sont souvent particulières. L’accentuation des mots et des phrases ne correspond pas forcement au code de la langue.
Les expressions, les métaphores, l’humour et le second degré ne sont pas compris par les personnes asperger. La personne autiste s’attache au sens des mots sans prendre en compte le contexte social. Elle analyse le discours au « pied de la lettre ».

Beaucoup d’enfants autistes n’ont pas accès à la communication verbale. Lorsqu’ils désirent quelque chose, ils utilisent l’adulte comme « objet » pour accéder à leur envie. Par exemple, si un enfant porteur d’autisme souhaite ouvrir une boite pour avoir un gâteau, il va chercher son parent en le prenant par le poignet pour le conduire jusqu’à la boite et poser sa main sur celle-ci pour que l’adulte la lui ouvre.
Le geste de pointage qapparaît dans le développement d’un enfant aux mêmes moments que le langage. Les compétences requises pour utiliser ce geste de communication sont déficitaires chez les enfants autistes. Pointer du doigt permet de montrer les objets que l’on désire, ce geste permet également d’échanger sur ce que l’on voit, il a une fonction sociale.
Les enfants et les adultes autistes, n’ayant pas accès à la parole et au pointage, ne sont pas capables d’exprimer une envie ou un besoin. Cette difficulté de communication entraîne de la frustration car ils ne peuvent pas se faire comprendre. Des colères, des gestes hétéro et auto agressifs sont alors présents.
D’autres ont accès à la parole, sans pour autant que la communication soit fonctionnelle. Ils peuvent répéter certains sons ou mots. Parfois ils répètent les phrases qu’ils ont entendues, sans pour autant que cela ait du sens pour eux. La répétition des phrases et des sons s’appelle l’écholalie.
Pour les autistes non verbaux, des langages alternatifs existent, comme l’utilisation de pictogrammes ou de gestes. Le langage alternatif permet aux personnes autistes non verbales de pouvoir faire des demandes et ainsi de réduire leur sentiment de frustration. Les pictogrammes leur permettent également d’expliquer le déroulement de leurs journées et de réduire l’angoisse face à l’imprévu.

 

Floriane GAUTIER Psychologue TCC et Neuropsychologue à Aix en Provence et à Pertuis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s